Vivre en famille au coeur de la ville

La réinvention de l’habitat familial par le développement de la ville-satellite, de la cité-jardin ou de la banlieue a suscité – suscite encore – beaucoup d’enthousiasme. Or, les effets pervers de la prolifération de ces formes urbaines, notamment par la disqualification des quartiers anciens et des espaces publics et la dépendance à l’automobile, sont de plus en plus évidents.

En savoir plus...

La ville faite par et pour les hommes

Des noms d’hommes sur les plaques à tous les coins de rues. Des loisirs qui profitent en priorité aux garçons. Des offres de transport insensibles aux spécificités de genre. Sans oublier la culture du harcèlement.
La ville se décline surtout au masculin. Plusieurs études récentes le confirment.

En savoir plus...

Mobilité et exclusion, quelles relations?

Longtemps considérée comme le simple résultat des effets de frictions multiples de l’espace sur l’accessibilité des territoires, la notion de mobilité est depuis les dernières décennies l’objet, notamment en sciences sociales, d’une conceptualisation riche et stimulante en matière d’épistémologies, de théories et de méthodologies.

En savoir plus...

Vivre en quartier populaire. Saint-Sauveur 1930-1980

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la vie dans les quartiers populaires du Québec se transforme considérablement. Une partie de leurs habitants les quitte pour la banlieue et une autre modifie ses habitudes de vie. Dans cette ère de modernité, vivre en quartier populaire ne signifie bientôt plus la même chose.

En savoir plus...

Ville aimable

Le concept de ville aimable, au centre de cet ouvrage, renvoie aux rapports que chacun entretient avec la ville. C’est plus précisément les rapports affectifs à la ville qui sont adressés, avec de cette interrogation de départ : pourquoi aimons-nous (ou détestons-nous) la ville?

En savoir plus...

Les relations Québec-Canada. Arrêter le dialogue de sourds ?

Le débat constitutionnel au Canada, et plus particulièrement « la question du Québec », est au cœur de ce livre. Les auteurs s’intéressent à la manière dont le Québec et le Canada, et ce depuis même l’adoption de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867, ont exprimés des divergences d’opinions fondamentales et difficilement réconciliables sur le sujet.

En savoir plus...