Raconte-moi un terrain – Interview avec Michel Parazelli – Itinérance et cohabitation urbaine

Avec une équipe de chercheur.es issu.es de différentes disciplines (sociologie, études urbaines, criminologie), de cinq étudiant.es à la maîtrise et au doctorat et de trois acteurs.trices des milieux de pratique à Montréal et Québec, nous avons donc répondu à cet appel du gouvernement. On voulait mieux comprendre les enjeux entourant les tensions sociales liées au phénomène de l’itinérance et proposer des pistes d’action face aux problèmes relevés.

Raconte-moi un terrain – Interview avec Nathan McClintock – Déterrer l’histoire des jardins afro-américains à Portland

Les objectifs de ce projet étaient d’abord de retracer l’histoire de Green Fingers, un projet développé par une dame afro-américaine (Viviane Barnett) qui, de 1960 à 1982, a mis en œuvre un projet de jardins communautaires sur des terrains vagues dans le quartier Albina. Ensuite, nous voulions savoir si les politiques et les programmes municipaux avaient encouragé ou entravé le jardinage chez les afro-américains au fil du temps et finalement, si (et comment) le jardinage a contribué à l’autodétermination et à la cohésion de la population afro-américaine à Portland.

Raconte-moi un terrain – Interview avec Geneviève Cloutier – Approcher le dupmster diving par le biais des réseaux sociaux: de l’espace virtuel à la réalité du terrain

Le projet de recherche est né de questionnements partagés concernant ce qu’on appelle « les initiatives citoyennes » – que nous n’avions pas désignées comme telles à l’époque. Les chercheures et les partenaires faisaient le constat qu’il y a de nouvelles formes d’engagement et de participation qui se manifestent dans l’espace urbain et qui sont difficiles à classer dans les catégories habituelles de participation. Pour aborder ces nouvelles formes, nous avons choisi d’étudier les interventions de verdissement et jardinage urbains et celles du dumpster diving, qui est parfois traduit par « glanage » ou « déchétarisme ».