« Tiens, y’a un petit peu de France que j’ai gardé presque sans m’en rendre compte ». Analyse qualitative des traces de la mémoire alimentaire familiale des jeunes Québécoises ayant une mère issue de l’immigration française

Par Balia Fainstein, étudiante au doctorat en sociologie à l’UQAM

Contexte et question de recherche

Depuis une dizaine d’années, que ce soit au cinéma, à la télévision ou en balado, l’alimentation gagne en visibilité dans le domaine des arts et de la culture au Québec et ailleurs. Signe que cette thématique est en voie de devenir un objet de la culture légitime — pour reprendre le terme bourdieusien — les musées commencent à lui réserver des espaces en ses murs. Pas plus tard qu’à l’été et à l’automne 2019, le musée Pointe-à-Callières à Montréal a proposé l’exposition « À table ! Le repas français se raconte ». Les sciences sociales ont, quant à elles, montré depuis longtemps que s’alimenter n’était pas seulement une nécessité biologique, mais un phénomène social à part entière, ce que l’on appelle un « fait social total ». Notre thèse de doctorat de sociologie a voulu investir la question de l’alimentation en prenant pour appui la transmission familiale entre mère et fille au sein d’une population encore transparente à la fois aux yeux des instances politiques et des sciences sociales : celle de l’immigration française au Québec. Sélectionnée principalement sur sa capacité à réussir son établissement économique au Canada, critère qui favorise quasi mécaniquement les personnes diplômées et issues des classes sociales supérieures, la population immigrante française n’est pas vue comme problématique. Cela explique en partie le désintérêt qu’elle suscite dans les études en immigration. Plus spécifiquement, c’est à la génération des filles de Françaises venues s’installer au Québec au cours des décennies 80-90 que nous nous sommes intéressées. Nous avons voulu comprendre comment les mères immigrantes françaises marquaient culturellement le rapport à l’alimentation de leurs filles nées ou arrivées jeunes au Québec. Autrement dit, nous voulions savoir ce qui reste, une génération plus tard, des traits alimentaires qui sont passés d’un pays à un autre, d’une culture à une autre. Donner la parole aux filles et non à leurs mères, c’est-à-dire se placer du côté de celles qui héritent et non de celles qui transmettent, nous semblait être la meilleure posture analytique pour mettre au jour l’empreinte culturelle maternelle dans ce qui a été transmis.

 

Méthodologie

Une méthodologie qualitative a été privilégiée pour notre recherche. Au total, 20 entrevues semi-dirigées ont été réalisées et ont porté sur un ensemble de thèmes autour de l’alimentation et la famille. Au moment des entrevues, toutes les répondantes étaient âgées entre 25 et 35 ans et ne vivaient plus au domicile familial. Pour l’analyse des données, une démarche inductive a été mobilisée, une approche consistant à partir des données recueillies pour construire une interprétation théorique plutôt que de vérifier des hypothèses préexistantes à la phase de terrain. Ainsi, nos analyses ont entremêlé des éléments descriptifs, de réflexion théorique et de discussion.

 

Résultats de recherche

Deux résultats de notre recherche en particulier nous semblent intéressants à présenter ici. Premièrement, si la sociologie de l’alimentation a depuis longtemps établi que les femmes tenaient un rôle de premier plan dans tout ce qui se rapportait au comestible et à la sphère familiale, notre recherche a permis de montrer, à travers l’étude des repas familiaux festifs, que les mères (et les grands-mères maternelles, mais dans une moindre mesure, car habitant en France et non au Québec) étaient chargées de pérenniser une partie de la culture alimentaire familiale, très souvent constituée de références françaises. Ces femmes sont en quelque sorte les « porte-paroles » de la culture alimentaire de leur famille, une responsabilité qui vient s’ajouter à toutes celles déjà connues en ce qui a trait au travail des femmes dans la sphère alimentaire familiale. Deuxièmement, nous avons constaté que pour nos répondantes, les frontières entre la culture alimentaire « nationale » et « familiale » étaient très floues. Même si elles peuvent clairement identifier certains plats ou aliments comme « 100 % français », leurs références alimentaires sont associées en premier lieu à leur mère. Cette attitude témoigne de l’imbrication effectuée par nos répondantes de la culture maternelle et nationale dans un tout uniforme. Ce constat tempère quelque peu la vision des descendants de migrants pris dans un tiraillement culturel alimentaire entre l’« ailleurs » du pays d’origine parental et l’« ici » du pays où ils ont grandi. L’expérience des femmes rencontrées montre que les choses se font de manière beaucoup moins conflictuelle et brutale. L’expatriation maternelle fait partie de l’histoire familiale, mais nos répondantes ne définissent pas leurs manières de s’alimenter à travers cet événement du parcours de vie de leur mère. C’est plutôt dans un mouvement diffus que ce dernier a imprégné la culture alimentaire familiale.

Cette recherche a été menée sous la direction d’Anne Quéniart, professeure en sociologie, UQAM.