Compte rendu – Les midis de l’immigration

Le paysage montréalais illustre parfaitement les trois mutations spatiales de la nouvelle géographie des lieux de culte. D’abord, leur installation dans des lieux qui ne leur étaient pas destinés à l’origine. Ensuite, le passage qui s’effectue au niveau de l’appartenance des membres, à savoir du modèle paroissial fondé sur la proximité au modèle congrégationnel qui s’appuie sur des logiques affinitaires. Finalement, une diversité croissante des fonctions assurées par ces lieux de culte, notamment pour les populations immigrantes.